Paris Match - May 29 1997

Assez de mannequins
On veut de la "vraie vie" !

Les top models ne Sont pas seuls à inspirer les Grands photographes. Por Steven Meisel, Richard Avedon, Marrio Testino? Ned Ambler déniche à New York des "real people", des gens de la rue. Il raconte.

Aquoi ressemblent vos journées?
- Je fais beaucoup de choses : photos, castings, rendez-vous avec mes "kids" pour les défilés. Je fréquente aussi les vernissages, car je suis toujours à la recherche de nouvelle [[ grueles ]] que je photographie au Polaroid.
- Il paraît que vous être un vrai caméléon?
- C'est vrai.Je m'habille comme les gens que je recherche. Il m'arive de sortir dans cinq or six endroits par soir. Je rentre chez moi entre deux boîtes pour troquer mon cuir contre une cravate.
- Comment avez-vous démarré ?
- Avant le casting, que j'exerce depuis trois ans, j'étias assistant de styliste. Je repassais les chemises ! A L'Uomo Vogue , ils voulaient utiliser de vrais gosses comme mannequins. C'est ainsi que j'ai commencé à dénicher mes [[ real people ]] pour Steven Meisel, puis pour Richard Avedon et Calvin Klein.
- Comment avez-vous déniché Annie OK, qui a ouvert les défilés de Chanel et Chloé à Paris ?
- Dans un concert rock. Depuis, elle a défilé pour quinze griffes à Paris, dix à Londres. Elle a posé pour Mario Testino dans la pub pour Gap et elle a un rôle dans une nouvelle version de Great Expectations avec De Niro. [Il feuillette son book. ] Keith Perry est un acteur de 70 ans. J'ai découvert dans une agence qui ne booke que des vieux mecs italiens. Il est passé dans Vogue ! Cet autre est coiffeur. Ce petit, là, était mon coursier.
- Quel est votre poulain le plus demandé ?
- C'est Oliver Petterson. Il est partout. Dans Interview , dans la campagne de Matsuda, et les défilés. On l'aime parce qu'il peut se transformer. Cétait un punk-rocker que j'ai lavé. Un autre, Blacky, est dans la campagne de Gap et sera dans le Harper's Bazaar le mois prochain. Je l'ai dégoté sur un ring de boxe à Brooklyn. So Fine était sur un banc devant un McDonald's à Harlem? - En gros, tous les punks des quartiers modestes à New York se retrouvent à l'affiche !
- Pas seulement! Celui-ci est un étudient en maths à l'université de New York. Il a fait le défilé de Diesel et figure dans les pubs du parfum CK Be.
- Qu'apportent vos mannequins que d'autre n'ont pas ?
- Du nouveau réalisme. Aujourd'hui, on veut des visages imparfaits auxquels les gens s'identifient. De plus, les non-mannequins ont une fraîcheur et une densité que les vétérans n'ont pas la pluspart du temps. Certains sont connus dans le milieu underground et branché de New York. La plupart ont une vie en dhors du mannequinat.
- Avez-vous songé à rechercher d'autre têtes en dehors de New York ?
- Non, plus vraiment. Les seuls endroits où j'irais seraient Los Angeles ou Amsterdam. Les Néerlandais sont beuux.
- Qu'est-ce qui vous agace dans la mode ?
- La représentation de la déchéance. Je ne peux plus voir ces personnages qui font la gueule sur les photos.
- Comment voyez-vous votre carrière évoluer ?
- Je veux être réalisateur. Je m'exerce à la direction d'acteurs avec ce m métier. La semaine dernière, j'ai dû mettre en condition 80 personnes pour la vidéo d'un parfum. Je devais les faire sortir l'eux-mêmes, qu'ils soient presque fous. La mise en scène, c'est pareil.

REPORTAGE EVE REVE


Avant : le Polaroid Après : la publicité

LA TETE LES ETOILES

Ned Ambler n'a pas l'air réel. Lui parler, c'est faire un voyage dans sa galaxie. Il a tout d'un personnage de manga un peu négligé par son dessinateur. Il lui aurait oublié une dent, et même quelques cheveux par endroits. Ned a traversé plusieurs constellations avant d'arriver par hasard sur la planète bleue. Après un bref séjour en Virginie le temps d'une enfance, histoire de jouer au frisbee dans les cimetières, il s'est téléporté à New York il y a trois ans. Personne ne voulait de lui. On n'engage pas un manga totoué avec des cheveux en forme de soleil. Alors, Ambler zonait dans East Village. Le repaire des indigènes du N.Y underground. C'est ce qui a sauvé ce jeune freak de 28 ans. En trois ans, de prince des rues il est devenu le roi des castings. Aujourd'hui, il nourrit une mode affamée de réalisme brut. Les stars de Ned ont des anneaux comme Saturne, le cheveux blues comme le ciel, l'|il cerné comme la nuit new yorkaise, la peau aussi blanche que le scintillement des astres ou aussi noire que le cosmos. On veut du vrai, de la beauté sauvage, insolite, incontrôlée. Ned nous offre le rêve avec.